Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Villanelle

  • : La Villanelle
  • La Villanelle
  • : Des adultes qui chantent pour leur plaisir commun ! Une chorale qui mérite d'être connue ! (Au moins pour son ambiance !)
  • Contact

NOS DATES

 

 

A venir

MOT du CHEF

La Villanelle fait partie de L'Association

LAVIDAD

Association du Loiret (45) qui gère aussi le choeur d'hommes

Les Fous des Gammes

Météo locale

Météo Dadonville © meteocity.com
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 09:32

Un peu d'action littéraire (le mot est un peu gros pour ce qui suit mais n'ayons pas peur des maux !) ne pourra pas nuire à la vie de ce site qui sommeille pendant les chaleurs d'été ... Sans diatribe ...


Résumé : Le fessier prometteur de Justine me guide vers Patrice Dutout. Personnage qui aimerait bien prendre la place du grand chef Cihout. Selon lui, Aldebert s'est enfui lâchement devant le futur désastre que sera le concert ...

Maintenant : Où le popotin de Justine m'emmène voir la poitrine de Gigi Dédé (Brigitte Dettape). Où il faut parler allemand mieux que Mémé Lulu. Où l'ânesse n'est pas l'animal que l'on croyait. Où l'on parle de la moule de bouchot sans bouchot qui en cherche un.


C'est la valse du valseur
Pour me donner du cœur
Il ne m'en fallait qu'un
tout petit popotin
Pour toi, je le confesse
Mais là, point ne m'abaisse
A ton regard de biche
Je préfère tes miches !

Voilà ce que je fredonne en me dirigeant vers la salle des saxophones. Décidément la Justine m'inspire !
A peine arrivé devant la porte un canard nous accueille aussitôt ponctué par un juron mis en valeur par M. Cambronne qui heureusement pour lui (dixit Jean Yanne) ne mâchait pas ses mots:

- Et merde ! Ce n'est pas encore ça ! Si je tenais le guignol qui m'a pondu cette partition, je lui montrerai bien de quoi elle est faite la Gigi Dédé ! Le corps de mon arrière grand-mère, paix à son âme, est beaucoup moins altéré que sa partition. Et pourtant la Lulu, elle ne le ménageait pas son corps ! Rien que pendant la dernière guerre elle a couché avec tout un état major allemand juste pour pouvoir fournir des renseignements aux alliés pour le débarquement. Le seul problème c'est qu'elle causait pas la langue et les seuls trucs qu'elle savait dire, parce que tous lui disaient la même chose, c'était : "deine katze ist nass, mein liebe" et "du bist eine fette Schlampe". Elle n'a jamais su ce que ça voulait dire. Du coup, elle a eu droit à une coupe de cheveux gratuite à la libération. En attendant la Lulu, après la guerre, est devenue la présidente honoraire du club de Rugby de Fouzy/l'Aïeule et croyez-moi, là non plus elle ne l'a pas ménagé son corps, il parait qu'en cas de victoire, pendant les troisièmes mi-temps, elle était la terreur des élastiques de slip kangourou. Une sacré bonne femme pas fainéante du sous-tif, élue trois année de suite Reine Mammaire du Macumba Club de Bourre La Raine dans le Bas-Rhin !  Et zut ! C'est vraiment une partition de ...
C'est à ce moment là que je décidai d'entrer ... Une femme saxophonée (par là je veux dire qu'elle est accrochée à un saxophone) est debout au milieu de plusieurs hommes saxophonés aussi, mais un peu plus gros qu'elle. En me voyant elle s'arrête de vitupérer.

- Excusez-moi ! Mme Dettape, puis-je vous parler quelques minutes ? Je suis Ferdinand-Denis Clüpchnick et j'enquête sur la disparition d'Aldebert Cihout de Lahauteplaine.
Saisissant l'opportunité de lâcher une répétition encore infructueuse, elle décida :
- Messieurs je vous laisse avec ce ... "Lever de lune sur un dessus de lit" et bien le bonjour à Dutru ! Je suis à vous ! Me dit-elle en se désaxophonant avec la grâce d'une louve prise dans un piège à ours.
- Nom de nom de D... de B... de M...! (Dioxine de Basalte de Métathèse, insulte tendant à faire croire que Brigitte Dettape a, si ce n'est des connaissances en chimie, au moins flirté avec un chimiste.) Si je tenais l'inventeur de ces bretelles je lui montrerai ce que c'est que d'avoir de la poitrine !
Quelques instants plus tard nous trouvons dans la salle de repos des musiciens près du frigo et de la cafetière ...
- Vous dites que vous vous appelez ... ?
- Clüpchnick, Ferdinand-Denis Clüpchnick.
- Clüpchnick ... C'est breton comme nom ? M'abasourdi-t-elle en prononçant mon nom d'une traite à trente jour fin de mois.
- Non, c'est bourguignon par mon père et austro-hongrois en passant par le couloir de gauche après les toilettes.
- Il me semblait bien, aussi ! ... Que vouliez-vous me demander au sujet de mon Bébert ! Puis voyant mon interrogation muette quant à la qualité du sieur Bébert ... Je veux dire Aldebert ... mon Bébert !
- Ah ... d'accord. Il semblerait que vous ayez eu quelques...griefs à l'encontre de votre ... Bébert. Est-ce que vous pourriez m'en dire un peu plus ...
- Je suppose qu'on vous a mis au parfum pour le coup du moulé à la louche ! C'était un regrettable incident ... Je vous assure ! Je croyais que ce sandwich était le mien, j'adore le gout du thon salade avec celui du camembert. Mais uniquement moulé à la louche, le camembert ... c'est meilleur. Je ne sais pas comment mon sandwich s'est retrouvé dans les mains de mon petit Bébert, toujours est-il que j'ai cru qu'il allait mourir à cause de moi et là, moi je ne m'en serai jamais remise ! Qui, à part lui, savait apprécier mes Kiris ... que je lui faisais avec amour et avec ... à vous je peux bien vous l'avouer si ça peut me disculper ... avec ma production personnelle due à une anomalie génétique, cadeau de Mémé Lulu qui s'est trop fait tirer dessus d'après les médecins ... en fait l'ânesse ... C'est moi ! Mon Bébert adorait mon Kiri, il était le seul à pouvoir écouler ma production ... Pourquoi voulez-vous que je lui fasse du mal ? Allez donc voir cette gourgandine de Bella Rirette, c'est à cause d'elle qu'on était un peu en froid, elle le collait tellement qu'on aurait dit une moule de bouchot dessalée à la recherche de son bouchot et elle voulait que ce soit mon Aldebert à moi ! Allez voir du côté des choristes, cette Bella elle n'est pas très claire. On dit qu'elle a dû faire plein de trucs pour arriver là où elle n'est pas encore ! A mon avis, Mémé Lulu a trouvé quelqu'un à qui parler.
Ainsi parla Brigitte Dettape à Clüpchnick qui, du coup, ne savait plus à quels seins se vouer.
- C'est pas que je m'ennuie avec vous, mais le père Patrice Dutout va pas être content du tout si je ne lui aligne pas sa partoche cet aprèm. M. Clüpchnick, me dit-elle encore sans fourcher, pour le kiri ... ça reste entre nous ? Je vous ferai gouter.
Et c'est sur cette promesse qu'elle me laissa perplexe et songeur ...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lavidad - dans Des mots de chef
commenter cet article

commentaires